Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Raoul Santucci : garant du bon usage des médicaments

Portraits

-

11/04/2014

C’est un peu par hasard,  son bac S en poche, que Raoul Santucci (au centre) s’est retrouvé sur les bancs de la Faculté de pharmacie. Aujourd’hui pharmacien hospitalier à la clinique Sainte-Anne de Strasbourg, il nous raconte son parcours.
 

« L’année de ma terminale, sur les conseils de ma grand-mère, j’ai passé le concours d’entrée à l’Institut de formation en masso-kinésithérapie. Ma motivation étant essentiellement basée sur les arguments de cette dernière, à savoir que c’était un métier d’avenir au regard des futurs papy-boomers, c’est tout naturellement que je me classais dans les 800 premiers candidats pour 35 places », plaisante aujourd’hui Raoul Santucci.

Après s’être essayé aux classes préparatoires au concours vétérinaire, il a choisi les bancs de la Faculté de pharmacie de l’Université de Strasbourg. Il a même opté pour le cursus long – l’internat- caractérisé par une formation hospitalière complémentaire de quatre années initiée après la 5e année du cursus « court » de la faculté. « Cette filière demande un niveau de formation élevé afin de permettre d’aborder au quotidien des problématiques très diverses allant de l’éducation thérapeutique du patient aux bonnes pratiques de stérilisation en passant par la gestion des dispositifs médicaux implantables, les préparations de chimiothérapie…  », confie Raoul.


Un penchant pour la pharmacie clinique
Et c’est son stage hospitalo-universitaire de 5e année qui l’a conduit à choisir la pharmacie hospitalière. « J’étais rattaché à un service de médecine interne qui prend en charge des cas particuliers, un peu comme dans la série Dr House, explique le jeune homme. J’ai donc été amené à faire de la pharmacie clinique assez vite, c’était une année extraordinaire. » Aujourd’hui, cette partie du métier qui consiste à discuter du traitement à apporter à un patient avec le médecin est celle qu’il apprécie le plus. « On découvre des choses originales, des interactions entre traitements et habitudes alimentaires, par exemple une potentialisation de l’activité des anticoagulants par les graines de courge ou encore une augmentation de la toxicité de certains produits de chimiothérapie par le Coca-Cola®. » Mais la fonction de pharmacien hospitalier, que Raoul exerce depuis fin 2010 au sein de la clinique Sainte-Anne du groupe hospitalier Saint-Vincent à Strasbourg, recouvre de nombreuses autres activités. « Nous sommes amené à gérer tout ce qui a trait aux médicaments – approvisionnement, détention, préparation, etc. -, aux dispositifs médicaux - de la compresse stérile aux prothèses en passant par les stents - et aux produits de désinfection. Le Pharmacien hospitalier est le garant du bon usage des produits de santé au sein des établissements hospitaliers », explique Raoul.


Huit propositions de poste avant la fin de son internat
Titulaire d’un diplôme d’études spécialisées en pharmacie hospitalière et du diplôme d’état de docteur en pharmacie, Raoul Santucci n’a pas eu de problème pour trouver du travail. « J’ai fini mon internat en novembre 2010, six mois avant j’avais déjà huit propositions de poste ! Pour certains, il m’a même été demandé de ne pas finir mes études pour prendre directement mes fonctions ». Il faut dire que le jeune homme de 32 ans a mis son internat à profit pour acquérir de nombreuses compétences. Il est titulaire de deux masters1 et de deux diplômes universitaires2. « C’est surtout le master Assurance qualité microbiologique des produits de santé et des aliments qui m’a ouvert des portes », confie Raoul. De sa formation à la Faculté de pharmacie, il garde le souvenir d’enseignants avec qui il faisait bon discuter. Depuis la fin de son internat, il retourne d’ailleurs régulièrement à la fac, non plus pour profiter de l’ambiance festive des amphis mais afin de discuter avec des chercheurs de l’aspect pharmaco-thérapeutique de certains patients.

Floriane Andrey

 

1Un master Physiopathologie cellulaire et moléculaire (Faculté de médecine) et un master Assurance qualité microbiologie des produits de santé et des aliments (Faculté de pharmacie).

2Un DU Pharmacie clinique et acte pharmaceutique officinal (Université Joseph-Fourier - Grenoble) et un DIU Centre d’enseignement de la statistique appliquée à la médecine et à la biologie médicinale (Université Pierre et Marie Curie - Paris 6).

584 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août

Portraits

Catherine Cohet, pharmacoépidémiologiste, GSK : L'épidémiologie au service des vaccins anti-viraux

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

17 juillet