Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Franco Pierno : professeur de Linguistique et théologie

Portraits

-

07/05/2014

Aujourd’hui Associate Professor* à l'Université de Toronto, Franco Pierno est un homme épanoui. Son chemin professionnel s’est construit de façon naturelle au fil du temps et de ses envies. Il a réussi à allier ses deux principaux centres d’intérêt : la théologie et la philologie.
 

Franco Pierno est un être partagé entre plusieurs cultures. Né au Canada, il a grandi en Italie jusqu’à l’obtention de sa maîtrise en histoire de langues italiennes. Très intéressé par la religion,, il rejoint l’Université de Strasbourg (UdS) où il obtient un doctorat en philologie linguistique. « A cette époque, l’université proposait un enseignement en philologie très pointu ». Son doctorat, basé sur l’analyse d’un texte religieux du 16e siècle, lui a offert l’opportunité exceptionnelle d’allier linguistique et religion. « A Strasbourg, j’ai appris à travailler de manière interdisciplinaire alors qu’en Italie chacun est concentré sur sa spécialité. Ca a été fondamental et enrichissant pour moi, ça n’aurait pas été pareil ailleurs en France. » Durant cette période, il commence à enseigner à Strasbourg au département d’études italiennes, ainsi qu’en Suisse en tant qu’assistant universitaire.


« Je me suis aperçu que j’aimais enseigner en dehors de l’Italie et que je voulais continuer »
Un an après avoir obtenu sa thèse en 2003, il obtient un poste de maître de conférences à l’Université Marc Bloch. Il part finalement en 2008 pour Toronto, sa ville natale, pour être enseignant-chercheur au sein du plus grand département d’italien existant. La décision a été difficile à prendre, mais les conditions professionnelles et économiques l’ont convaincu. Il s’occupe également d’une école doctorale, ce travail administratif demande beaucoup de temps, mais est valorisé financièrement et lui laisse plus de liberté pour ses recherches en linguistique. « On demande beaucoup, mais je reçois beaucoup, je suis comblé, je n’aurais pas pu souhaiter plus », déclare-t-il. A l’avenir, Franco Pierno aimerait construire une équipe pour travailler sur les productions écrites dans les communautés italiennes. Plus particulièrement, il souhaiterait étudier les écrits des italiens de la première vague d’immigration des années 1880 en Amérique du Nord.

Franco connait bien le concept des alumni, très répandu sur le continent nord-américain. Cela lui permet de garder un contact avec Strasbourg, où il revient régulièrement pour des colloques. « Ce réseau donne de bonnes informations sur ce qui se passe à Strasbourg, des informations que je n’aurais pas autrement ».
 

Daphnée Paluszko, étudiante en master de communication scientifique et technique

* professeur agrégé

540 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août

Portraits

Catherine Cohet, pharmacoépidémiologiste, GSK : L'épidémiologie au service des vaccins anti-viraux

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

17 juillet