Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Ivan Ineich : un explorateur au museum

Portraits

-

18/02/2014

Serpents et lézards de tous les horizons ont peu de secrets pour lui : Ivan Ineich est herpétologiste et Maître de conférences Hors classe au Muséum National d’Histoire Naturelle. Ce passionné de nature et de voyages y gère les collections nationales de reptiles squamates depuis 1988 et parcourt les zones tropicales à la découverte de ces reptiles à écailles.

Un métier ouvert sur le monde
Ivan Ineich a choisi de se spécialiser en herpétologie dès son DEA, puis au cours de sa thèse de doctorat qu’il a soutenu fin 1987 à l’Université des Sciences et techniques du Languedoc de Montpellier. Ses recherches, axées notamment sur la composition des peuplements et le mode de colonisation des terres, l’ont mené en Polynésie française et en Guyane française, dans de nombreux pays d’Afrique et sur de multiples îles et archipels. Lors de ces missions, qu’il effectue seul ou dans le cadre de programmes internationaux, il recherche de nouveaux spécimens et réalise des inventaires. « Ma prochaine expédition aura lieu à l’automne 2013. Je vais partir cinq semaines sur les îles françaises de Wallis et Futuna pour inventorier les espèces de serpents et de lézards qui s’y trouvent », raconte, enthousiaste, le chercheur, en expliquant que ces îles n’ont encore jamais été explorées par un spécialiste des reptiles. Grâce à son expertise, acquise en grande partie sur le terrain, le scientifique identifie aussi les spécimens nouvellement acquis par le Muséum, réalise parfois des révisions de classification et répond aux besoins d’informations de la communauté scientifique internationale.


Une formation initiale solide et des rencontres marquantes
Avant de se tourner vers l’étude des reptiles, Ivan Ineich a obtenu en 1981 une Maîtrise en Biologie des organismes et des populations à l’Université de Strasbourg. Le scientifique se remémore avec plaisir ces années étudiantes dans son Alsace natale. « Les enseignements que j’ai reçus à l’université, alors appelée « Louis Pasteur », étaient d’un excellent niveau, aussi bien en ce qui concerne les aspects scientifiques que la pédagogie », considère le chercheur. « J’ai eu la chance d’avoir des professeurs passionnants, tant en zoologie, qu’en éthologie, physiologie ou géologie », ajoute-t-il. « Chacun donnait envie de se spécialiser dans sa discipline. Ils m’ont permis de me constituer un socle de connaissances solide sur lequel j’ai pu m’appuyer tout au long de ma formation puis de ma vie professionnelle ». Les enseignements ne sont bien entendu pas les seuls aspects qui ont marqué Ivan Ineich durant ces années étudiantes à Strasbourg où il a résidé place St Etienne, au FEC, puis en colocation, rue de Barr. « Je devais travailler pour assurer le quotidien. J’étais surveillant dans trois collèges, à Barr, Sundhouse et Sélestat. Je rattrapais les cours sur celui qui est depuis devenu l’un de mes grands amis ». Le chercheur garde aussi en mémoire les sorties inclues dans le cursus universitaire et les cours optionnels qui lui ont permis de s’initier à des disciplines extérieures à la Maîtrise de biologie des populations et des organismes, tel l’alsacien.

« Aujourd’hui, en appartenant au Réseau Alumni de l’Unistra, je souhaite répondre présent pour aider les jeunes qui voudraient se spécialiser en herpétologie et participer à la pérennisation de l’histoire de l’Université de Strasbourg », dit Ivan Ineich.

Aurélie Angot

572 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août

Portraits

Catherine Cohet, pharmacoépidémiologiste, GSK : L'épidémiologie au service des vaccins anti-viraux

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

17 juillet