Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Cécile Joie : la « boîte à outils » du démographe

Portraits

-

09/03/2015

Diplômée en sociologie, titulaire du master de démographie de la Faculté des Sciences sociales de l'Université de Strasbourg, Cécile Joie utilise la boite à outils transmise par ses enseignants pour conduire les études qu’elle réalise dans le champ médico-social et du handicap.
 

Traitement statistique, cartographie, logiciels, questionnaires d’enquête sont quelques-unes des techniques auxquelles recourt Cécile Joie dans son quotidien pour réaliser les « chantiers » dont elle est chargée. Entendez par « chantier » les études commandées au CREAI (Centre régional d'études, d'actions et d'informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité) par l’Agence régionale de santé notamment, pour faire le point sur une situation, une problématique. Par exemple, un de ses « gros chantiers » était une étude sur la filière de dépistage et de diagnostic précoce du handicap chez l’enfant. Elle a réalisé les entretiens qualitatifs, établi les données statistiques, procédé à l’analyse, pour repérer les lacunes et proposer des recommandations.

« J’aime chercher des solutions pour répondre à un problème, faire appel au système « débrouille », on apprend beaucoup comme ça. Comme nous sommes une petite équipe, nous avons une souplesse très appréciable, une certaine liberté, je peux proposer des choses». Elle a trouvé ce poste grâce à son réseau personnel, en 2010, après son master en démographie et un premier poste à la CPAM.


Un master en prise avec le monde professionnel
Sa première année à l’université était en arts-plastiques, mais ne voulant pas être enseignante, elle choisit de se réorienter en sociologie après avoir lu les cours de son compagnon. Après son DEUG à la Faculté des sciences sociales de l’Université de Strasbourg, elle se spécialise en démographie en licence et master, parce que les « débouchés sont plus lisibles ».

« C’est un très très bon master. L’équipe et les cours sont très bien. Ils sont tournés vers le monde professionnel, c’est très équilibré. Tous les deux ans, les responsables demandent le retour des étudiants pour améliorer la formation, aller au plus près des demandes des professionnels ». Elle ajoute : « J’aime bien le côté cartésien de la démographie, et ce ne sont pas des maths pour des maths, mais pour répondre à une question concrète, un but. »


« Pincement au cœur »
Cinq ans après son master, elle est toujours en lien avec certains de ses enseignants, notamment Didier Breton et Philippe Cordazzo, pour lesquels elle a beaucoup d’estime. « Mes enseignants préférés. Ils étaient très accessibles, très à l’écoute. Ils ne faisaient pas simplement leur cours, ils avaient à cœur que les étudiants comprennent bien et s’en sortent. Je me sentais bien dans ce master, je reconnais avoir eu un pincement au cœur, une fois que j’ai validé mon mémoire. » Elle s’est inscrite au réseau alumni, suite à l’invitation par mail des responsables de son master, mais reconnaît ne pas s’y être encore vraiment investie, faute de temps.
 

Stéphanie Robert

1143 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Noufou Ilboudo, coordinateur, Action contre la faim, Burkina Faso : Au secours des populations déplacées au Burkina Faso

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

28 septembre

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août