Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Amélie Reibel : soigner les enfants en difficultés

Portraits

-

09/11/2015

C’est au cours de son internat à la Faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg qu’Amélie Reibel-Domergue a appris à soigner les enfants sous anesthésie générale, sa spécialité, que peu de dentistes savent pratiquer. Elle exerce dans son cabinet à Paris, ainsi qu’en clinique et à l’hôpital.

A 35 ans, Amélie Reibel-Domergue semble avoir trouvé exactement sa place, son métier la porte et elle n’aspire qu’à continuer ainsi son activité libérale et hospitalière. Dans son cabinet parisien de dentisterie pédiatrique, dont elle est devenue co-gérante, elle effectue les soins dentaires aux enfants, avec 3 autres praticiennes. Elle s’est spécialisée dans le soin sous anesthésie générale, pour les patients qui ne peuvent être traités sur le fauteuil : jeunes enfants de 2 ou 3 ans, enfants handicapés ou déficients, patients phobiques ou nécessitant des interventions lourdes ou complexes.
« Ce qui me porte c’est de soigner l’enfant, un être en devenir. De lui apprendre les gestes pour une bonne hygiène dentaire, car le métier c’est aussi beaucoup de prévention. C’est de l’éducation et de la transmission. Ils peuvent ainsi devenir des adultes sans caries. Arriver à soigner des enfants difficiles, perdus, qui ont peur ou des traumatismes, m’apporte une grande satisfaction. »
Elle exerce 4 jours par semaine à son cabinet et elle partage son vendredi entre les soins sous anesthésie générale dans une clinique privée, et à l’hôpital Necker dans le service de chirurgie maxillo-faciale et chirurgie plastique pédiatrique. Elle y soigne les enfants souffrant de malformations ou de maladies rares. Son emploi du temps est, de ce fait, bien chargé, d’autant plus qu’en tant que co-gérante du cabinet, elle s’occupe aussi de la gestion et de la comptabilité.

Excellence strasbourgeoise en dentisterie pédiatrique
Ce tropisme vers le soin aux enfants est présent chez elle depuis ses 18 ans. Elle envisageait alors le métier de sage-femme, puis celui de gynécologue ou de pédiatre. Quand elle réussit son concours en odontologie, elle sait qu’elle s’orientera vers la voie pédiatrique. Parisienne, elle suit les 5 premières années à l’Université Paris Descartes et choisit Strasbourg pour ses 3 années d’internat, de 2004 à 2007.
« Je savais que le service du Pr Marie-Cécile Manière était un excellent service de dentisterie pédiatrique, très réputé, un des plus vieux services en France, avec une expertise dans les maladies rares et génétiques. Nous avons été très bien encadrés. C’est là où j’ai appris à soigner sous anesthésie générale, à soigner les patients difficiles et ceux avec des anomalies dentaires, à donner des conférences. Grâce à Mme Manière, j’ai participé à des congrès en France et en Europe mais aussi en Australie et au Brésil. Ce service est le Centre de référence national des manifestations odontologiques de maladies rares, labellisé en 2006. Au niveau intellectuel, c’est une richesse incroyable ».
A l’issue de son internat, elle poursuit en master, avec la volonté de « suivre la voie hospitalo-universitaire ». Elle est lauréate de l’internat, un examen qui lui octroie un poste d’assistant à la Faculté de chirurgie dentaire et lui permet de financer son master, celui de biologie cellulaire et moléculaire à la Faculté de médecine.
Elle obtient un poste en thèse en Suisse, mais la maladie grave d’un de ses proches l’incite à revenir à Paris. C’est à ce moment-là qu’elle intègre son cabinet actuel. Un choix qui lui a permis d’accompagner jusqu’au bout son proche parent et de construire la carrière qui l’épanouit pleinement, dans le soin aux autres.
 
Stéphanie Robert

698 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août

Portraits

Catherine Cohet, pharmacoépidémiologiste, GSK : L'épidémiologie au service des vaccins anti-viraux

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

17 juillet