Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Marc Haug : auteur du projet de relecture solidaire de thèse

Information

-

25/09/2015

Directeur de recherche honoraire du CNRS, Marc Haug est à l’origine du projet de relecture solidaire de thèse récemment mis en place à l’Université de Strasbourg. Son principe ? Proposer aux doctorants non-francophones de relire gracieusement leur thèse. L’inscrivant sous le signe d’une chaîne  de solidarité, Marc Haug invite les doctorants aidés à s’engager à leur tour en soutenant par des dons la Fondation Université de Strasbourg pour ses missions à caractère social et la Fondation « Un avenir ensemble » pour permettre le parrainage  de jeunes lycéens « méritants » issus de milieux modestes.

 

Comment est né votre projet de relecture de thèse ?

Quand j’étais encore tout  jeune chercheur, sans statut, par le  hasard  d’un colloque scientifique au Royaume Uni, j’ai fait  la connaissance d’un collègue anglais qui m’a spontanément proposé de relire mes premières publications pour faciliter leur acceptation par des revues anglo-saxonnes à comité de lecture.  Aussi, lorsqu’un doctorant chilien avec lequel j’avais sympathisé m’a demandé il y a deux ans si je pouvais relire le manuscrit de sa thèse avant qu’il ne le fasse imprimer, il m’a semblé tout naturel de lui rendre ce service qui m’avait été si utile par le passé. Le bouche à oreille a entraîné d’autres demandes qui ont conduit à l’idée de ce projet.

Il faut souligner l’accueil plus que favorable qui a été réservé à ce projet  et le soutien apporté par la vice-présidence Recherche et formation doctorale. Les Ecoles Doctorales 519*, 101** et 270***, que je remercie chaleureusement, ont été les premières à accepter d’ouvrir ce dispositif solidaire à leurs doctorants non-francophones. J’ai également pu bénéficier de l’appui de plusieurs structures, dont le Service Relation Alumni, qui m’a permis, grâce à Alum’News, de développer un petit réseau de relecteurs bénévoles dénommé 2RST (Réseau de Relecture Solidaire de Thèse). Les associations de doctorants et de docteurs, ainsi que les pages Facebook des bibliothèques de l’université ont également joué un rôle essentiel en communicant activement sur ce projet.

 

Combien de doctorants étrangers en ont bénéficié depuis le lancement du projet ?

Au total, depuis 2013, huit doctorants ont pu bénéficier de l’aide d’un relecteur bénévole. Par ailleurs, nous suivons depuis le milieu de l’année 2015 deux nouveaux doctorants : l’un est azerbaïdjanais (ED 519) et l’autre italien (ED 270). Nous savons également que d’ici janvier 2016, une doctorante allemande (ED 519) en co-tutelle rejoindra le dispositif.

 

Les relecteurs bénévoles choisissent-ils eux-mêmes les thèses qu’ils se proposent relire ?

Les six relecteurs impliqués dans ce projet ont effectivement la possibilité de choisir le sujet de thèse pour lequel ils se sentent le plus d’affinités. La procédure de partage des relectures est la suivante : lorsqu’un doctorant non francophone m’est adressé par le directeur de son ED, je lui demande de me faire parvenir par mail une cinquantaine de pages de son mémoire et, dans la mesure du possible, le plan global de son travail, et je transmets ces documents au groupe des relecteurs. Le choix se fait souvent à partir de là. Je mets ensuite le doctorant en relation avec son relecteur pour qu’ils puissent se rencontrer, évoquer la convention de relecture qu’ils devront signer et déterminer ensemble leurs modalités de travail pendant la période définie. J’en profite également pour bien préciser la nature de la relecture proposée: l’objectif est d’apporter une plus grande clarté et une meilleure lisibilité au texte, d’améliorer des tournures sémantiques, corriger des faux-sens liés à une connaissance insuffisante de la langue française… En aucun cas le relecteur ne saurait se substituer à un directeur de recherche et opérer des modifications au contenu.

 

Vous connaissez des doctorants étrangers en dernière année de thèse qui auraient besoin de cet appui ?

Invitez-les à contactez Marc Haug (mhaug@unistra.fr, tél : 06 81 69 87 06)
 

*Sciences Humaines et Sociales : perspectives européennes ;

**Droit, Science Politique, Histoire ;

***Théologie et Sciences Religieuses

 

873 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information

L’année de l'entraide professionnelle entre diplômés

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

15 septembre

Information

Participez au trophée Economie Sociale et Solidaire d'Harmonie Mutuelle.

photo de profil d'un membre

LAETITIA SCIACCA

02 septembre

Information

Comment faire une recherche dans l'annuaire ?

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

24 juillet