Accès membre

fr
/medias/image/20656092195bc88714b9d89.jpg

Frédéric Krüger, ingénieur en réseau intelligent, EirGrid, Dublin : Big data et électricité, un ingénieur branché

  • 26 oct. 2018
  • -
  • Catégorie : Portraits
  • -
  • Auteur : Evelyne HOUEL
  • -
  • Vu : 266 fois
Frédéric Krüger, ingénieur en réseau intelligent, EirGrid, Dublin :  Big data et électricité, un ingénieur branché

Expatrié en Irlande, ce docteur en informatique alumni de l’Université de Strasbourg évolue comme ingénieur sur le marché de l’électricité. Marché qu’il explore non seulement du côté producteur, distributeur et transporteur, mais aussi en France, en Allemagne et en Irlande. Une jolie revanche pour celui qui se qualifiait de nul en sciences !

Installé à Dublin depuis février 2018, Frédéric Krüger est responsable des calculs et analyste pour le marché de l’électricité. Il évolue chez EirGrid, l'opérateur public de transport d'électricité irlandais. Il réalise l’analyse des données issues des centrales et effectue les calculs qui permettront de déterminer les règles de leur entrée sur le marché. Ce sont des analyses prédictives sur plusieurs années, avec la prise en compte des facteurs économiques (croissance, demande en énergie, construction de logements…). Il développe les algorithmes qui permettront d’extraire des informations de ces données. Il aime la technicité de son métier, la nouveauté et relever des défis.

Intelligence artificielle

« Je voulais explorer tout le spectre de l’électricité, après avoir travaillé pour les réseaux de distribution en France et en Allemagne, puis chez un fournisseur d’électricité, il me manquait un maillon : le transporteur, et si possible en pays anglophone » explique-t-il. C’est au cours de sa thèse en informatique à l’Université de Strasbourg, au laboratoire ICube, de 2010 à 2014, qu’il a rencontré le secteur de l’électricité. Il passait l’essentiel de son temps chez ÉS pour créer des profils de consommation électrique grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle.

Dans la continuité, il s’est expatrié en Allemagne, pour rejoindre le distributeur Netze BW, comme ingénieur innovation en informatique. Il créait des applications et des services pour gérer les données, le big data. En 2016, il entre chez le fournisseur EnBW (Energie Bade-Wurtemberg) comme analyste de données : il établissait les prévisions de consommation, de charge et de production à court terme (jour, semaine).

« J’étais nul en sciences »

D’une manière assez surprenante, Frédéric Krüger est entré à l’Université de Strasbourg pour un DU de … japonais, parallèlement à son DEUG de maths, de 2003 à 2006. Féru de langues, doué en philosophie, langues et histoire, il ne voulait pas étudier les sciences mais son entourage familial le convainc du contraire. Il choisit l’informatique, un autre type de langage. Mais comme il n’aime pas les maths, il repique sa troisième année de licence. C’est un mal pour un bien, car cela lui permet de réaliser un stage au laboratoire de Pierre Collet à ICube et c’est la révélation avec la découverte de l’intelligence artificielle. Ce professeur, qu’il voit encore aujourd’hui, lui a donné envie de réaliser sa thèse sous sa direction.

Apprendre à surmonter les échecs 

« L’université m’a appris à me débrouiller, à chercher par moi-même, mais surtout à surmonter les échecs. Ce n’est pas grave de rater, de faire des erreurs, l’essentiel est de se relever, de continuer, de persévérer » conclut-il.


Propos recueillis par Stéphanie Robert

Auteur :
Evelyne HOUEL

Staff

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire