Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Claire Batisse : tout s’acquiert avec l’expérience, même un doctorat !

Portraits

-

11/04/2014

Claire Batisse, alumni de l’Université de Strasbourg et membre d'une équipe de recherche de l’IGBMC, présente un parcours atypique. Diplômée d’un Dess (master professionnel), elle vient d’obtenir un doctorat grâce à la validation des acquis de l’expérience. Ainsi, elle a pu évoluer tout en continuant à travailler dans ses disciplines favorites : la biologie moléculaire, la biochimie et la génétique.
 

Diplômée d’un DUT en analyses biologiques et biochimiques et d’un DESS en criminalistique à Lyon en 2003, Claire Batisse rencontre des difficultés à trouver un job correspondant à son bac + 5 car concurrencée par les ingénieurs. Elle accepte un poste de technicienne de recherche en Allemagne où elle apprécie l’ouverture d’esprit des personnes qu’elle rencontre. Elle y mène son activité de recherche et évolue. De retour en France, la traduction du titre de son poste ne correspond pas à ses compétences ni à son expérience. Qu’à cela ne tienne !


Un doctorat grâce à la VAE
Claire s’engage alors dans les démarches auprès de l’Université de Strasbourg qui lui ont permis d’obtenir  aujourd’hui un doctorat via le Service de Validation des acquis de l’expérience (VAE) dirigé par Danielle Haug. Cela n’avait été accompli qu’une seule fois auparavant en biologie !

Son parcours tient en plusieurs étapes clés. Elle choisit d’abord le diplôme correspondant le mieux à ses acquis. Elle monte ensuite un dossier de recevabilité où elle présente son cursus en quelques pages et démontre que, grâce à son expérience, elle a acquis les compétences nécessaires. Claire  trouve un financement grâce au Fongecif pour le Service de la VAE et les frais universitaires. Enfin, elle rédige un dossier VAE, constitué d’un bilan de compétences travaillé avec Danielle Haug et de sa thèse, un travail scientifique rédigé sous la direction du Dr Philippe Giegé, pendant plus d’une année.

Pour terminer, Claire présente son cursus et son travail de recherche, dont une partie scientifique très importante, devant un jury de pairs universitaires, sélectionnés pour leur expertise du domaine, ainsi qu’un expert du secteur privé et, en tant que président du jury, un professeur spécialiste d’un autre domaine scientifique. L’ensemble des membres de ce jury ont lu son manuscrit de thèse. Ils ont chacun rédigé un commentaire validant les compétences acquises en accord avec le doctorat demandé.


L’anecdote de son parcours en VAE
« J’ai été très surprise au début par les locaux du Service de la VAE perdus dans un quartier chic de Strasbourg. On se sent toute petite dans ces pièces de 3 mètres de haut. Deux ans plus tard, on arrive un peu stressée au début de la soutenance mais bien préparée par le Dr Giegé et Mme Haug. Finalement tout se passe très vite, et ma foi, c’est déjà fini : me voilà docteur de l’Université de Strasbourg. Je suis à moitié soulagée et en même temps j’ai déjà plein d’autres projets en tête … le lendemain, j’apprends que je suis enceinte ! »


Les projets futurs
Son doctorat en poche, Claire peut envisager de postuler aux concours nationaux du CNRS, de l’Inserm et de l’université avec, pourquoi pas, la possibilité d’enseigner. Elle sait déjà qu’elle aime transmettre son savoir, ses compétences, poser des hypothèses et trouver des solutions. Dans tous les cas, la biologie moléculaire et la génétique resteront le fil conducteur de son parcours, construit également de rencontres et d’opportunités.

Sa préoccupation principale réside finalement dans le choix de son projet de recherche.  « Tous les sujets m’attirent, toutes les techniques sont potentiellement intéressantes. Je trouve vraiment fascinant tout ce qui touche à la biologie moléculaire et à la génétique. » À court terme, Claire veut s’occuper de son jeune bébé, mais à long terme elle s’orientera davantage vers des postes d’ingénieure de recherche et de chargée de projets.


Claire et les Alumni
Claire a déjà participé à des actions Alumni dans son ancienne université à Lyon. Elle intervenait dans le cadre des licences et partageait son expérience en étant membre de jurys de préparation à l’embauche. Elle a aussi participé à des rencontres d’anciens élèves en Allemagne. Ce qu’elle attend des Alumni de l’Université de Strasbourg : que ses coordonnées soient disponibles aux personnes voulant suivre les mêmes démarches de VAE car « tout peut s’acquérir ! »

Fanny Del

1028 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Philippe Zech, directeur de l'agence Lynx RH Strasbourg : Le candidat au cœur du processus de recrutement

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

18 septembre

1

Portraits

Aurélie Bedu, professeure de mathématiques, Illkirch-Graffenstaden : diriger la nouvelle génération vers les sciences

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

31 août

Portraits

Catherine Cohet, pharmacoépidémiologiste, GSK : L'épidémiologie au service des vaccins anti-viraux

photo de profil d'un membre

Service Relations Alumni UNISTRA

17 juillet