/medias/image/20656092195bc88714b9d89.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Olivier Sandel : enseigner l’informatique, un « sacerdoce »

Portraits

-

21/07/2014

Depuis 10 ans, Olivier Sandel est directeur-adjoint et responsable pédagogique de l’école d'ingénieurs en informatique eXia.Cesi à Strasbourg. Avec une mère professeur, il confie que l’enseignement est dans ses gènes. La proximité avec les étudiants, la relation avec les parents, les questions pédagogiques le passionnent.
 

"J'ai fait ma thèse en informatique pour être enseignant-chercheur. J'ai toujours adoré enseigner : suivre les étudiants au quotidien, les voir progresser et devenir matures, développer des méthodes pédagogiques pour cela. Comme ils sont peu nombreux et que nous évoluons avec eux huit heures par jour, nous les connaissons parfaitement, ainsi que leurs parents. Le relationnel est très fort, il existe une confiance entre élèves et professeurs". L’école d'ingénieurs eXia.Cesi se caractérise en effet par le recours aux pédagogies actives dans son enseignement : pas de cours magistraux, jugés trop passifs, mais plutôt des workshops, des projets pédagogiques et des TPs, avec des petites promotions (trois groupes de 12 en première année) pour assurer la qualité pédagogique et la proximité avec les enseignants. "C'est une méthode qui les prépare parfaitement au monde du travail. Les entreprises sont ravies. D'ailleurs, 100% des étudiants obtiennent des propositions de CDI avant l'obtention de leur diplôme1ʺ précise-t-il.


"J'ai vraiment trouvé ce que je cherchais"
Dans ses fonctions, Olivier Sandel gère l'école au quotidien : les études des 150 élèves, les relations avec les parents, l'organisation de la formation, l’application des programmes, le suivi des stages en entreprise et à l'international. Il continue aussi d’enseigner l’informatique et le management, notamment aux étudiants de 5e année.

Il travaille au sein du Groupe CESI depuis la création de l’école en 2004, après avoir enseigné à l'Université de Strasbourg, à l'IUT Robert Schuman, au Lycée Kléber et à l'Université de Karlsruhe. "J'ai eu la chance de tester beaucoup de systèmes pédagogiques avant. A l'école d'ingénieurs, j'ai vraiment trouvé ce que je cherchais : les pédagogies actives, la proximité avec les étudiants et les entreprises, et surtout l’efficacité et la pertinence de l’enseignement. Quand je vois un tel résultat (100% de placement des étudiants en fin d’études), j'en tire une grande satisfaction personnelle. Je me sens très bien ici ". On l'aura compris, il ne se voit pas travailler ailleurs.


Passer de l'autre côté de la barrière
Olivier Sandel a suivi ses études supérieures à l'Université de Strasbourg : DEUG de mathématiques, informatique et physique approfondies, puis une licence, une maîtrise et un DEA en informatique, avant d’entamer sa thèse qu’il réalise en entreprise, au service R&D d’Alcatel, où il développe l’interface grand public du « webphone » de 1998 à 2002. « L’université nous apprend à prendre nos responsabilités, à nous assumer, à persévérer : travail, concentration, logement, vie quotidienne… C’est aussi là que j’ai créé mon réseau, que je me suis fait mes amis » se rappelle-t-il. Son souvenir le plus marquant est sa première année d’enseignement. « C’était très fort ! Passer de l’autre côté de la barrière, ça m’a vraiment frappé : on se retrouve en bas de l’amphi, devant 80 étudiants, avec les responsabilités et les soucis du prof pour leur réussite… »

S’il s’est inscrit au réseau alumni, c’est donc aussi un peu par nostalgie. « Pour moi, c’était évident, je fais partie de la maison. Je n’ai pas forcément le temps de parrainer un étudiant, mais si je peux aider par ailleurs, je le ferai. Le réseau, c’est très important pour tous. »
 

Stéphanie Robert

 

[1] Diplôme de niveau bac+5 de « Manager des systèmes d’information »

 

263 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Amina Zaghzi, chirurgien-dentiste : soulager, soigner et rendre le sourire aux autres

User profile picture

Service Relations Alumni UNISTRA

06 décembre

Portraits

Maxime Viallet, analyste quantitatif, G-research, Londres : De l'astrophysique à la finance quantitative

User profile picture

Service Relations Alumni UNISTRA

28 octobre

Portraits

Alice Frémand, data manager au British Antarctic Survey (UK Polar Data Centre) : Servir la recherche sur les pôles avec la science ouverte

User profile picture

Service Relations Alumni UNISTRA

24 septembre

1